Tu m’enlaces

Janvier 2017

Le matin, je te caresse doucement le dos, c’est l’heure de se lever. J’attends que tu te tournes, c’est délicat. Tu aimerais rester au lit un peu plus longtemps. Tu t’accroches à ton lapin, à ta couette étoilée. Je te prends délicatement dans mes bras. Ta tête lourde se pose sur mon épaule. Tu m’enlaces avant de blottir ton visage dans le creux de mon cou. Nous aimerions que ce câlin dure plus que quelques minutes.

Advertisements