Un chemin vers soi

J’ai longtemps été celle en recherche, celle qui voulait donner un sens à sa vie, celle qui demandait bien où on l’attendait et pour quoi, pour qui elle était là.

J’ai longtemps été celle qui attendait un signe, qui avançait dans un tunnel se demandant sans cesse où, quand, comment.

J’ai longtemps creusé. Je me suis perdue bien des fois. J’ai testé des routes, tant de routes, voulu faire tant de choses, couru après tant d’objectifs.

Je me suis usée à chercher un sens à mes deux pieds foulant l’asphalte gris des villes.

Puis j’ai perdu mes repères. J’ai plongé dans l’abîme. Je me suis cramponnée à ce qui avait le pouvoir de me maintenir la tête hors de l’eau. Coute que coute. Ne pas sombrer, pas entièrement. Mes yeux ont perdu de leur éclat. Mon esprit a abdiqué. Mon corps s’est cogné contre tout ce qui pouvait lui donner l’impression d’être encore vivant, encore un peu.

J’ai été un fantôme, un cri, une ombre survoltée, une épave, un tremblement. Puis un aveu.

Au bout du chemin, il n’y avait plus rien à chercher. J’étais vivante. J’existais.

Je suis vivante. J’existe. Je suis à ma place. Je suis et c’est l’essentiel. Ma quête m’aura détournée puis ramenée à MOI. A moi maintenant de me réaliser pleinement, avec confiance et foi.

Advertisements