Porte ouverte

Mars 2017

La porte s’ouvre sur un visage. Angèle reste bouche bée. Elle n’a pas changé. Si, ses traits sont plus marqués peut-être. Son visage porte les stigmates de la vie, heures sombres, matins douloureux, nuits agitées. Angèle la regarde, ne pense pas à l’inviter à entrer. Elle reste là, immobile, dans l’entrebâillement de la porte. Vingt ans les séparent quand elles sont à quelques centimètres à peine l’une de l’autre. Elles s’étudient du bout des cils. Angèle voudrait pouvoir dire quelque chose, oser un pas. Elle n’y arrive pas. Ni à fermer la porte d’ailleurs. Elle reste là les bras ballants à se demander pourquoi elle l’a invitée, comment procéder maintenant. Pas besoin de présentations. Elles se connaissent, portent le même nom. Mais restent incapable de faire un geste pour combler le vide de vingt ans de silence.

Advertisements