Hier, demain et aujourd’hui

Avril 2017

Aujourd’hui, il regarde l’étendue devant lui, l’eau calme caresser la plage et les rochers, sans un bruit, puis se retirer délicatement avant de disparaître au loin. La marée. Une histoire de va et vient, de donné et de pris. Une histoire de lâcher prise. Qui d’autre pouvait savoir ou comprendre ce besoin qu’il avait de se retrouver là, dans cet endroit et de contempler la mer, solitaire. Elle semblait être la seule à pouvoir garder ses secrets, à lui offrir sagesse et guérison, la seule à connaître les soubresauts de son cœur et tous les non-dits qu’il gardait accroché à chaque centimètre de lui.

Hier, la vie avait perdu sa saveur. Touché en plein cœur, le cœur d’Elsa avait lâché. Sans préavis, sans avertissement. Son corps froid s’était fondu dans l’abîme de l’éternité. Plus un son, plus un rire. Immobile, Elsa gagnait lentement les portes du Paradis. Et lui ? Il regardait l’étendue de son chagrin, n’arrivant pas à cacher ses larmes, les yeux accrochés à la peau blanche de celle qui, quelques jours auparavant, mangeait avec lui la première glace à la fraise de l’été en la lui faisant gouter du bout des doigts. Comment pouvait-on passer du rire aux larmes en si peu de temps ? Comment tout pouvait mourir si vite ?

Avant-hier, Elsa dansait nue dans le salon. Son corps entier épousait la musique et les notes accrochées aux accords de guitare. Il regardait au loin le jour se coucher, appréciait son bonheur, incertain de l’avenir, la confiance en bandoulière – Elsa et lui, à la vie !

Demain, il ouvrira les yeux sur un nouveau matin. Son corps tremblera. La lumière du jour ne le réchauffera pas comme elle le faisait avant. Tout partira de cette heure où le cœur d’Elsa a cessé de battre, où le sien a commencé à trembler. La mer sera toujours là. Le vide aussi.

Si tout a un sens comme on le dit, il ne sait lequel à cet instant précis.

Advertisements