On s’oublie

Mai 2017

Parfois on se dit, puis on s’oublie. On manque de temps pour prendre  des nouvelles. Les mois se suivent et l’absence se matérialise. L’amitié s’évapore dans l’air trop frais d’un matin d’hiver ou légèrement humide d’un matin d’été. Pas de coup de gueule, pas d’abandon, juste deux routes qui prennent des directions opposées.

On ne se dit plus comme avant. On ne s’oublie pas forcément. Mais le temps, les rencontres, les obligations font qu’on ne se voit plus si souvent, un peu moins même qu’une fois par an. Nos routes se séparent sur le chemin des vacances ou à la rentrée de septembre.

Parfois on s’écrit.

Parfois on oublie.

Advertisements