Drôle de métier

Mai 2017

La camionnette blanche se tient au même emplacement que d’habitude, près du rond-point embouteillé. Olga se penche sur son journal, une tasse de café à la main. Elle a les ongles peints. Elle se prépare pour la nuit, une énième nuit de travail, entre deux lampadaires fatigués par le va et vient incessant des hommes en quête de fantasmes interdits.

Quand on lui demande qu’elle métier elle fait, elle reste dans le vague. Elle dit qu’elle est vendeuse. C’est simple. D’ailleurs souvent les gens qu’elle rencontre n’en demandent pas davantage. Vendeuse, c’est une profession qui n’a jamais fait rêver personne.

Advertisements